LA TOUR DES PRISONS

Histoire de la Tour

En plus de 700 ans, la Tour des Prisons a connu de nombreuses affectations. Pendant des siècles, elle a servi de lieu de détention. Depuis quarante ans, elle apporte une contribution à la démocratie et à la politique.

Pendant des siècles, la Tour de Prisons a été une prison. Depuis 40 ans, la tour est au service de la politique et de la démocratie. Depuis 2017, la Tour de Prisons abrite le Forum politique Berne, qui est soutenu par la ville et le canton de Berne, la commune de Berne et les églises réformée et catholique romaine. La Tour de Prisons a été construit en 1256 comme partie du mur extérieur de la ville de Berne. Avec l’extension de la ville en 1345 à la Christoffelturm (aujourd’hui: Heiliggeistkirche), la tour a perdu sa fonction d’origine. À cette époque, Berne était la plus grande république d’Europe au nord des Alpes.

Un nouveau bâtiment et une nouvelle horloge

En 1640, la tour a été démolie pour cause de déchéance. Après des controverses, le Conseil bernois a décidé de le reconstruire sur l’ancien site. En 1643, il a été entièrement reconstruit et a largement conservé sa forme actuelle. L’objectif était de créer un monument d’urbanism sur la place principale. La hauteur est d’environ 23 mètres jusqu’au bord du toit et de 49 mètres jusqu’à la girouette. Les cinq étages sont reliés par 106 marches d’escaliers. Les murs de la tour, qui sont en pierre dure dans la sous-structure et en grès dans le reste, ont une épaisseur de 85 à 90 centimètres. Aujourd’hui, la tour est intégrée dans une rangée d’anciennes maisons de la Bärenplatz.

L’horloge a été construite en 1691. Lors de la rénovation de 1980, il a été déplacé du grenier à la salle d’exposition la plus haute. La durée maximale de fonctionnement est de 36 heures, c’est pourquoi les deux poids lourds (45 kg et 85 kg) doivent être levés manuellement chaque soir.

 

Prison

En 1404, la Tour de l’Horloge est victime de l’incendie de la ville et les prisonniers qui y étaient cantonnés furent transférés à la Tour de Prisons. Dès lors, il a été utilisé comme une prison. Au début de la période moderne, la Tour de Prisions servait comme maison d’arrêt, où les suspects étaient détenus et interrogés. Grâce aux procès-verbaux d’interrogatoire contenus dans les registres de la Tour, nous savons beaucoup sur les détenus de l’époque et sur les conditions sociales dans la vieille Berne.  En 1897, les 70 derniers détenus ont été transférés dans la nouvelle prison de district.

À partir des années 1980, la Tour des Prisons a servi de centre d’information du canton. De 1999 à 2017, elle a abrité le forum politique de la Confédération. Lorsque cette dernière a décidé de fermer l’institution, de nombreuses personnes et organisations se sont engagées pour que la Tour des Prisons continue d’abriter un espace de débat politique. Depuis 2018, le Forum politique Berne est soutenu par la ville, la commune bourgeoise et le canton de Berne, ainsi que par les églises nationales réformée et catholique romaine.

Les prisonniers politiques et autres

Beaucoup de gens, des femmes et hommes simples, qui ont été interrogés dans la Tour de Prisons au 18ème siècle, étaient caractérisés par la pauvreté. En outre, les prisonniers politiques étaient certainement ou très probablement aussi emprisonnés. Parmi eux se trouvait Catherine Perregaux – von Wattenwyl (1645-1714). Fin 1689, Perregaux-von Wattenwyl est accusé d’espionnage dans les plus hautes sphères du gouvernement bernois pour le compte du roi de France Louis XIV. Cela a conduit à l’emprisonnement et à la torture dans l’île, puis au transfert dans la Tour de Prisons. Le procès s’est terminé en 1690 par la libération et la bannissement sous la pression de la famille et a ensuite été critiqué comme un procès politique. En 1749, Samuel Henzi, avec d’autres bourgeois, a formulé des exigences qui nous sont familières aujourd’hui: Assemblée municipale comme organe suprême, limitation du mandat des magistrats élus par le peuple, réorganisation du petit conseil, comptabilité annuelle du trésor, ouverture des archives, respect des lois en vigueur et accès de tous les citoyens aux fonctions et postes politiques, administratifs et militaires. Cela a été considéré comme une conspiration, elle a été révélée, Samuel Henzi et deux autres dirigeants ont été exécutés.

Ferdinand Hodler et la Tour de Prisons

La mère Margarete Neukomm du peintre célèbre Ferdinand Hodler a travaillé comme cuisinière pour les prisonniers de la Tour de Prisons au 19ième siècle. C’est pourquoi on se demande si Ferdinand Hodler est né dans la chambre de bonne de sa mère, dans la Tour de Prisons, le 14 mars 1853.

Pour savoir plus sur Ferdinand Hodler, cliquez ici. 

La bagarre de la Tour de Prisons

À la fin du 19ième siècle, la tour a été au centre de la bagarre de la Tour de Prisons (dite: Käfigturmkrawalle) de 1893, qui a donné lieu à des conflits de travail entre les travailleurs locaux et étrangers. La police a tiré depuis la Tour de Prisons sur les manifestants qui réclamaient la libération des travailleurs emprisonnés. La police a été critiquée même par la presse bourgeoise pour ses actions brutales et les arrestations. L’héritage politique de cette nuit dramatique se trouve aujourd’hui dans l’article 260 du Code pénal: l’inclusion du délit de “rupture de la paix de la terre” dans le premier Code pénal fédéral. 

Croissance du trafic

Pendant des siècles, la tour n’a eu qu’une seule prote comme passage. Comme le trafic augmentait, on a décidé en 1823 de démolir la partie nord pour laisser place à une autre passage, qui fut ensuite utilisé pour le tram. En 1903, la percée d’un second petit proche a permis de créer l’actuel passage piétonnier. Comme l’escalier devait céder la place au passage, une petite tour d’escalier a été ajoutée du côté est, qui mène les visiteurs au premier étage. La fréquence des piétons de la Tour de Prisons à la Zytglogge est aujourd’hui l’une des plus élevées au monde. Le samedi entre 12 et 15 heures, par exemple, plus de 6200 personnes en moyenne circulent dans la Marktgasse de Berne; à Broadway, ce chiffre est 4000, et dans la Regent Street de Londres, il est de 5600.

Dossiers et expositions

Après le transfèrement des derniers détenus en 1897, le canton a conservé pendant un certain temps les dossiers des districts départementaux et de la Haute Cour dans les cellules libérées. De 1976 à 1980, la Tour de Prisons a été entièrement rénovée. En 1980, le canton de Berne a ouvert le nouveau centre d’information avec une grande fête publique. La Tour de Prisons a servi de centre d’information à l’Office cantonal des expositions culturelles et économiques, notamment pour présenter la vision de la politique bernoise dans le conflit jurassique. Par la suite, le canton l’a utilisé comme bibliothèque commerciale et pour des expositions ponctuelles et des occasions privées. À partir de 1999, la chancellerie fédérale et les services parlementaires ont pris le relais de la Tour de Prisons et y ont installé le Forum politique fédéral. Ce forum politique a été caractérisée par de nombreuses expositions et séries de manifestations. Mais une salle de réunion pour les événements politiques a également pu être réservée gratuitement.

Le nouveau Forum politique Berne

En 2015, la Confédération a décidé la fermeture du Forum politique en raison de mesures d’austérité. Beaucoup de gens se sont mobilisés pour la conservation, parmi lesquels l’association “Sauvez la Tour de Prisons” à travers une pétition de 7000 signatures. Depuis l’été 2017, le Forum politique Berne fonctionne sous un nouveau patronage. Celle-ci se compose de la ville de Berne, du canton de Berne, de la commune de Berne, des deux églises régionales évangéliques suisses et de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse, En 2020, le Grand Conseil du canton de Berne a décidé d’installer un ascenseur dans la Tour de Prisons pour assurer l’accessibilité à l’avenir.